grpw : enquêtes paranormales - http://grpw.exprimetoi.com/
 


Que signifie G . R . P . W . ?

Groupe de Recherches


Paranormales de Wallonie.

A partir de 22 Août 2015, pour lire les sujets en rapport avec le paranormal,

il faut s'inscrire comme membre et se présenter pour avoir accès à la totalité des sujets.

1 S'inscrire : vous pouvez lire les sujets mais pas répondre.

2 S'inscrire et se présenter : vous avez accès à toutes les
catégories et vous pouvez répondre sur tous
les sujets des membres.


Interview entre le G.R.P. Wallonie et la capitale.be Brabant Wallon

Bonjour, le 25 novembre 2015,

Une journaliste de la capitale.be Brabant Wallon voulait
en savoir plus concernant la 11 ème enquête qui aura lieu sûrement en
décembre ou en janvier à mon domicile.
Les questions étaient basées principalement sur la façon dont l'enquête allait se
dérouler, avec combien d'enquêteurs ?, comment ?, que faisons-nous si il y a une entité ?, etc ..
L'interview téléphonique a duré 1/2 heure et tout s'est bien passé.

:
Cliquez ici pour lire l'article entier


Partagez | 
 

 Analyse : À PROPOS DES FANTOMES : une explication scientifique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Admin

Fondateur et Enquêteur
Fondateur et Enquêteur

MessageSujet: Analyse : À PROPOS DES FANTOMES : une explication scientifique   Mar 7 Juil - 23:15:09

J'ai trouvé ce texte qui exlique certaines véritées, je vous laisse lire ce texte et vous déposerez votre opinion à la suite.


À PROPOS DES FANTOMES : une explication scientifique


Le fantôme est un excellent produit commercial, au même titre que les monstres marins. Ne pensons qu'à ce best-seller, le guide touristique Haunted America, dans lequel on trouve tous les endroits hantés que l'on peut visiter aux Etats-Unis et au Canada (ca va de Winston Churchill fumant le cigare dans le paquebot Queen Mary à Simon McTavish, un montréalais, enterré à Côtes-des-Neiges, qui dévalerait à l'occasion, sur le couvercle de son cercueil, les pentes enneigées!). Les fantômes valent leur pesant d'or.

Toutefois, comme n'importe quel autre phénomène psilogique, il n'existe aucune preuve scientifique démontrant l'existence de fantômes (télépastie, ectoplastie, ectoplasmie, poltergeist ou psychokinésie). Comment expliquer alors que des tas d'adolescents sont convaincus du contraire? Car on ne peut nier les faits: ils sont nombreux ceux et celles qui affirment avoir vu ou entendu des fantômes (esprits aussi)!

A l'Institut de parapsychologie de Fribourg (Institut des zones frontières de la psychologie et d'hygiène mentale), l'ex-directeur Hans Bandeur (1), sommité dans la matière et père de la parapsychologie moderne, 10% des cas de fantômes rapportés mérite une première enquête. Sur ce nombre, 1% seulement sont digne de crédibilité et vont subir une investigation scientifique plus approfondie. Sur ce 1%, aucun cas de poltergeist n'a été expliqué physiquement par la mécanique des phénomènes paranormaux, donc, il s'agit soit de d'imposture, de phénomènes factrices, soit de phénomènes appartenant aux lois de la physique.

On peut regrouper en quatre catégories les explications de cas de fantômes. Les explications d'ordre spirite (l'esprit des humains, à leur mort, voyage dans des univers, dans l'au-delà), les explications d'ordre occulte (ces pénomènes sont attribués à des forces spirituelles), les explications d'ordre psilogique (phénomène qui peut être produit par l'humain si des conditions préalables ont été respectés), les explications d'ordre scientifique (ces phénomènes sont issus des lois de la physique et de la psychologie).

Datant de l'époque des soeurs Fox(2), les explications d'ordre spirite et occulte sont les moins soutenables au regard de la science. Pouvoir incanter les esprits de la sorte, on sous-entend qu'ils n'ont rien d'autre à faire que d'être assujetti aux vivants, qu'ils sont à la merci des caprices humains, que leur rôle se limite à nous conseiller sur la terre ou à celui d'un déménageur: ils s'amusent à frapper sur les portes, déplacent les meubles, cassent la vaisselle, utilise le téléphone sans notre permission, font éclater les ampoules électriques, etc. Pour d'autres, la vie des fantômes se limitent à effrayer les vivants, les refouler dans leurs angoisses.

L'explication d'ordre psilogique est sans doute la plus intéressante des trois. En 1972, à Toronto, un groupe d'individu critique ont tenté d'expliquer le phénomène de poltergeist de facon rationnelle en produisant de toute pièce un phénomène de hantise. Ainsi fut créé le premier fantôme en laboratoire: Philippe(3). Grosso modo, après avoir concu Phillipe comme un personnage réel (fiche biographique et pshychologique élaborées), à tous les mois, ils se réunissaient dans un local et parlaient de Philippe. Ils cherchaient, par la suite, à visualiser et à matérialiser Philippe dans l'idée de produire une manifestation psilogique. Les scéances durent plus d'un an avant que Philippe ne se manifeste (déplacement de la table, raps, etc.) pour la première fois.

Ils en arrivèrent à la conclusion suivante: la capacité de produire les pénomènes de poltergeist n'est pas réservé uniquement aux médiums et sensitifs, mais à tout individu ou groupe d'individus ayant les dispositions suivantes: posséder patience, persévérance, espérance et avoir une confiance inébranlable de voirse manifester un esprit. C'est d'ailleurs la position de la plupart des psilogues qui soutiennent, après avoir établi les conditions propices à l'avènement de poltergeist, que le facteur émotif est primordial lors d'événements paranormaux. Ajouter à cela, un atmosphère propice (nombre, lumières tamisées), de la bonne humeur, des participants déttendus et la réussite est presque assurée. Pour le psilogue, le pénomène poltergeist se compare aux ondes qui entourent les humains. Elles sont imperceptibles, invisibles, mais avec un instrument approprié, par exemple une radio, il est possible decapter ses ondes et de les comprendre.

Malgré la bonne volonté des psilogues, dont certains ont mené de véritables croisades contre des cas célèbres de supercherie (notamment, Louis Bélanger et les enregistrements du père Brune), il faut constater l'absence de preuves des fantômes.

La science, quant à elle, chaque fois, apporte une explication sérieuse du phénomène observé. Au Québec, des phénomènes de hantises et de poltergeist qui ont fait la manchette ces dernières années, chaque fois, la duperie a été démontrée ou encore des explications rationnelles ont expliqué la présence des phénomènes qui semblaient être de nature paranormale.

En juillet 1991, un cas classique de maison hantée à Trois-Rivières(4) a fait l'objet d'une enquête. Après l'inspection on en conclut que les principales manifestations "fantômatiques" sont dues à une fluctuation du courant électrique --pouvant provoquer l'activation d'une lampe-- et les raps à un défaut de construction --donnant lieu à des détentes sonores au niveau de certains murs.

Insatisfait de cette enquête, les résidants font appelé un médium. Ce dernier affirme avec certitude que leur demeure est construite sur un ancien cimetière amérindien --c'est le mythe fantastique du cimetière amérindiens. Depuis, les résidants sont sceptiques aux explications rationnelles --disons plutôt insatisfaits.

Plusieurs cas du genre ont été bien étudiés de la part de sceptique et chaque fois, leurs explications sont déconcertantes. Mentionnons, celui des esprits frappeurs de Vailhauquès, en France. De forts raps résonnaient dans une maison. Les parapsychologues s'en mélèrent et donnèrent une explication de nature surnaturelle. Un scientifique finit par s'occuper de l'affaire et on découvrit que les phénomènes étaient naturels, produit par des changements brutaux de pression venant des voies d'eau souterraines tout près --phénomène de cavitation appelé le "paradoxe de Venturi".

Ajoutons à toutes ces explications le fait suivant: bon nombre de presonnes (considérées comme "normale"), en bonne santé, etc., vont avoir des hallucinations au cours de leur vie. Elles peuvent apparaître durant les rêves lucides, avant de s'endormir (hallucinations hypnagogiques) ou au réveil (hallucinations hypnopompiques). On peut avoir alors de fausses perceptions: des fantômes en chair et en os, des extra-terrestres, le diable et autres personnes terrifiantes(3). Les hallucinations des vivants sont puisés dans l'inconscient, dans les rêves de nos différentes étapes psychologiques, etc.

A l'occasion, j'ai recueilli le témoignage d'adolescent me racontant l'apparition d'un proche récemment décédé. Les témoins de la scène étaient dans un état psychologique de bouleversement, avait de la difficulté de retrouver le sommeil, tracassé, etc. Leur récit concordait en tout point avec le type d'hallucinations hypnopompiques.

Finalement, question d'écrire un passage merveilleux, les seuls fantômes admis par la science présentement sont ceux du cerveau, appelés "membres fantômes". Ils sont en réalité des hallucinations sensorielles produites par des neurones après l'amputation d'un membre chez un individu. Ces fantômes peuvent être auditif ou visuel. On appelle ca la neuromatrice.

D'ici une prochaine ou première rencontre avec un fantôme, apprenez le truc sceptique. Commencer d'abord par dissocier ce que vous allez voir ou entendre de l'explication que vous voulez y donner tout suite. Au moment de la manisfestation, prenez votre temps et chercher à comprendre ce qui se passe au lieu de vous sauver et crier à tous que vous avez vu un fantôme. "Ce sont les gens qui sont hantés et non les maisons!" dit la maxime.

notes

01. Il est connu aussi pour son livre: L'Univers de la parapsychologie, Éditions Dangles, 1971, 158 p.

02. En 1848, les soeurs Catherine (12 ans) et Marguarita Fox (14 ans) sont témoins de phénomènes insolites. La dite maison hantée sera le
catalyseur de la ruée des milliers de médium et de charlatans qui verront le jour jusqu'en 1888 où Marguarita dévoilera leur secret: tout n'était qu'un
canular, de la fraude.

03. Voir à ce sujet: Bergeron Richard, Le Fantôme Philippe, CINR, audiocassette, 22 février 1989.

04. Voir notamment dans la revue Les Sceptiques: Gaudreau Sylvain, Un cas de maison hantée à Trois-Rivières, no 24, décembre 1992, p. 30-31;
Gilbert Donald, Une belle histoire de fantôme dans le Parc des Laurentides, no 24, décembre 1992, p. 16-17; Roulo Jake, Le fantôme d'Oskelaneo
River, no 28, hiver 1994, p. 20-21.


Texte prit sur : http://horrifique.tripod.com/fantome.html
Revenir en haut Aller en bas
http://grpw.exprimetoi.com


Invité

Invité

MessageSujet: Re: Analyse : À PROPOS DES FANTOMES : une explication scientifique   Mar 14 Juil - 9:11:45

que de scepticisme et de rationalisme
je ne crois pas non plus aux poltergeists, pour moi c'est une manifestation de l'esprit mais pour ce qui est "des fantômes", je suis persuadée qu'ils sont bien là.
Mais oui il faut d'abord voir le rationel avant de dire c'est paranormal.
Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse : À PROPOS DES FANTOMES : une explication scientifique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EXPLICATION SCIENTIFIQUE DU REIKI
» Déluge explication
» Les NDE: témoignages et explications scientifique
» Mystérieux phénomène lumineux qui apparaît dans le ciel nocturne norvégien
» Du fantastique à l'explicatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GRPW - Groupe De Recherches Paranormales De Wallonie ( Belgique ) :: Des sujets en rapport avec le Paranormal & Autres qui pourraient intéresser :: Témoignages-Endroits hantés-Apparitions-Poltergeists-Rods-Orbes-Photos-Abandon-Vidéos :: Les endroits hantés et les apparitions-